Création d’un atelier au village Maasaï d’Ololaimutia (Kenya)

OLOLAIMUTIA est un village situé au sud du Kenya, à proximité du célèbre parc du Maasaï Mara, à 250 km environ de Nairobi et 25 km de la frontière tanzanienne.

La création de ce centre de formation et production de couture viendra pallier au chômage que subit la communauté Maasaï due à un manque de compétences pour accéder au marché du travail.
Le centre offrira une formation gratuite à un groupe de femmes et jeunes filles dans le besoin qui ont exprimé la volonté d’acquérir le savoir et les compétences que demande la confection.

Le groupe en formation dans un premier temps, sera constitué de 20 femmes dans des situations familiales très difficiles venant de 15 familles différentes.

Le responsable de ce projet Daniel Sasine Mpetti est un jeune homme de cette communauté qui a poursuivi des études universitaires en économie du tourisme, et dont le rêve est de rendre à la communauté la chance qu’elle lui a donnée.

Tous les vêtements confectionnés dans ce centre seront vendus et les profits partagés reviendront à hauteur de 50% aux participantes ; les 50% restant seront investis au sein de l’association locale ad hoc créée afin d’assurer les investissements futurs et la pérennité du projet dans une logique d’autonomie.

Pour un enfant Maasaï, l’accès à l’école est rare et la poursuite des études supérieures encore plus.
Par ailleurs les femmes Maasaï sont mariées très jeunes, venant souvent d’une région différente, elles ne peuvent poursuivre leur scolarité.
La vie Maasaï dépend de l’élevage, plus on a de têtes de bétail, plus on a de chances de subvenir à ses besoins mais depuis plusieurs années la progression du tourisme et l’augmentation de l’étendue des parcs nationaux font que les terres Maasaï sont de plus en plus réquisitionnées, ce qui les empêche d’avoir un troupeau conséquent avec les revenus qui pourraient leur permettre de vivre décemment.

Les jeunes, découragés abandonnent l’école et rencontrent des difficultés à pouvoir se construire un avenir professionnel et une intégration sociale réussie.

De plus, le tourisme développé au Maasaï Mara aide rarement le peuple Maasaï, les retombées économiques bénéficient principalement à des investisseurs étrangers et des Kenyans fortunés se trouvant dans d’autres régions du Kenya.

Cette réalité fait qu’une famille Maasaï de 10 à 14 personnes vit avec 2 dollars par jour et pendant le confinement dû au Covid 19 ce montant est descendu plus bas, allant jusqu’à être nul.

Le but de ce projet est donc, outre la formation et l’obtention d’un revenu, de permettre à la communauté d’être autonome et de réduire la dépendance au tourisme et à l’élevage.

L’argent recueilli pour ce projet permettra de rénover un local, acheter les machines, le mobilier et les fournitures nécessaires à la production, ainsi qu’à rémunérer les 3 formateurs qui interviendront les 3 premiers mois.

Pour soutenir ce projet, cliquer ici :